Thursday, 30 October 2014

Raconter jusqu'au bout / To tell everything

Voici deux nouvelles pages qui ne fonctionnent pas au niveau du découpage et de la narration là où c'est marqué en rouge. Il manque des cases entre ces cases pour mettre l'emphase sur l'importance de ce qui est dit dans la case précédente. On laisse le lecteur sur sa faim, comme si on ne va pas au bout de ce qu'on nous raconte. Le personnage dit quelque chose d'important ou de troublant à l'autre personnage et on ne voit pas l'impact ou la réaction de ce dernier. On passe tout de suite à la scène suivante. Ce problème se répète tout au long de mon livre, car au début, j'avais fait une première version du découpage avec toutes les réactions des personnages et même des réflexions intérieures avec des textes narratifs. J'ai enlevé tout ça pour économiser des pages et avoir moins de travail à faire. Erreur, car maintenant, le récit ne fonctionne plus. Ça saute d'une scène à l'autre sans résolution de la scène précédente.

Here are two new pages that doesn't work where it's marked in red. There are a few panels that are missing to go deeper in the story, to see what are the reactions of the characters that receive important or disturbing information. In my previous storyboard, I drew these panels, but I removed them in a second version to do less pages, so to have less work to do. That was a mistake, 'cause now, we don't go deeper in the story anymore. 

Saturday, 25 October 2014

Découpage et mise en scène / Storyboard

Je vais devoir apporter des modifications à mon découpage, car certaines scènes coupent en plein milieu d'une page, ce qui pourrait également porter à confusion. Dans le découpage (ou la mise en scène) d'une bande dessinée, il est important de bien situer le lecteur dans le temps et l'espace. Où l'action se déroule-t-elle et à quel moment? Où sont les personnages etc... Afin de bien exécuter tout cela, il existe plusieurs astuces, comme la narration et l'emplacement des cases. Dans un livre, on peut aussi prendre en considération le fait que l'on voit la page de gauche et celle droite en même temps. Quand on le peut, il est bien d'arriver à faire terminer une scène en fin de page. On tourne la page et on change de lieu et de temps. La page de droite peut se terminer par un suspense. Ça incite le lecteur à tourner la page pour voir la suite. Dans le cas de la narration, on peut utiliser des textes comme : «Plus tard... Le lendemain... etc...» Personnellement, j'aime quand je n'ai pas besoin de mettre ces textes, car j'aime quand les choses sont évidentes. On suit le fil de l'histoire et ça coule. Voici un série de pages, qui sont les pages 8 à 13 telles qu'elles devraient apparaître dans le livre. À la page 12, je suis confronté à un problème de découpage. J'ai une scène qui se termine en plein milieu. J'essaye de trouver des solutions sans avoir à refaire tout le truc, mais je constate que j'ai ce genre de problèmes dans tout mon découpage, ce qui m'oblige à remanier le tout avant de faire la version finale. C'est pourquoi il est très important de régler ces questions au début, quitte à refaire le découpage plusieurs fois, pour ne pas avoir à recommencer les planches après.

Storyboarding is really important. Where does the action is taking place and when? To be able to do it properly, there are a lot of tricks, like how you put the panels on the page and also information's texts like : «The next morning... A few hours later... And so on...» If you turn the page, it's good when you can change place and time. Personally, I don't like to write down information's texts. I like when it's obvious and you go with the flow. And when you end up with a suspense at the end of the page on the right in the book, you push the reader to turn it to find out what's going on. So, here are pages 8 to 13. I have that kind of problem on the page 12, where the action is changing in the middle of the page, which is not so good. So I'm trying to find a solution. 







Friday, 24 October 2014

Le sens de lecture / Reading directions

Toujours avec mon ami Rémi Maynègre du studio Lounak, nous corrigeons certaines erreurs de découpage qui peuvent nuire au bon sens de lecture de la page. Le sens de lecture dans une bande dessinée est très important pour pouvoir amener le lecteur où on veut et faire en sorte qu'il ne se perde pas ou ne devienne pas confus lors de la lecture de notre bande dessinée. Ici, le problème de la page 2 était que l'orientation des cases n'était pas dans le bon ordre. Rémi m'a donc aidé à apporter les modifications nécessaires sans que je sois obligé de redessiner toute la page. Lorsque je fais face à certains problèmes de la sorte, en général, j'ai tendance à vouloir tout recommencer. Cela me nuit, car je perds énormément de temps et, de plus, je passe pour un fou aux yeux des autres et c'est épuisant.

With my pal Rémi Maynègre, we're arranging some reading directions problems that can be confusing for the readers. Here, on the page 2 of my book, the panels are not in the right direction. So Rémi helped me to fix this without having me to redraw all the page. During these situations, I have a bad habit to restart a book when I face these kinds of problems, making me look like I'm crazy and wasting a considerable amount of time, which is exhausting.


Tuesday, 14 October 2014

Faut pas devenir fou / I shall not go crazy

La pratique de la bande dessinée, pour moi, c'est aussi psychologique. Enfin, c'est ce que je constate de plus en plus. Et je dois faire attention, car j'ai tendance à être influençable et à vouloir dessiner comme un tel ou un tel. Dans ces moments-là, je perds mon élan et j'oublie qui je suis. La BD devient alors une véritable torture, car je ne dessine plus comme ça vient, mais je cherche à dessiner comme un autre «qui a du succès». Je me réveille en plein milieu de la nuit en me demandant si c'est une bonne chose de tout recommencer et de changer encore de style. Puis j'ai eu une conversation avec mon collègue d'atelier, Rémi Maynègre, et il m'a dit que je me prenais trop la tête avec des questions inutiles et que tout ce que j'ai besoin de faire, c'est de me faire confiance, car ce que je fais est très bien comme je le fais. Toujours est-il que j'ai réalisé le danger pour moi de lire des livres comme MetaMaus, bien que ce soit très intéressant. En fait, il faudrait que j'arrive à lire ce genre de trucs sans remettre toute ma technique en question le lendemain, surtout en plein milieu d'un livre. J'ai donc répondu à Rémi que j'arrêtais de vouloir recommencer mon projet et que je ne lirai plus de trucs du genre avant d'avoir fini mon livre. Voici donc ma dernière tentative de vouloir tout recommencer.

Making comics is something also psychological for me. Well, that's what I understand more and more about myself. And I need to be careful to not become crazy, 'cause I have this bad habit to try to draw like someone else. During these moments, drawing comics becomes a real torture. So my pal Rémi Maynègre, from the studio Lounak, told me that I was going crazy for nothing. He said all I have to do is to have faith in me and in what I do. Even if reading MetaMaus was interesting, I should be aware that reading this kind of stuff might confuses me. So, here's my last attempt to redo my book.


Monday, 13 October 2014

Nouvelles pages et réflexion / New pages and thoughts

Après avoir dessiné huit planches de mon nouveau projet, je viens de lire MetaMaus. Je me suis pris une telle claque, comme la fois où j'ai découvert Le samouraï bambou de Taiyou Matsumoto. Bref, dans MetaMaus, Art Spiegelman nous décrit toute sa philosophie de la bande dessinée, plus particulièrement du «roman graphique». J'ai lu ça et après j'ai regardé mon travail et je me suis dit : «Ça ne marche pas. Mon dessin ne sert pas mon histoire.» Depuis deux ans, j'ai découvert des auteurs de BD que je ne connaissais pas qui influencent de plus en plus mon travail. Autres que Taiyou Matsumoto, évidemment, des gars comme Nicolas de Crécy, Bastien Vivès, Vincent Perriot et Gipi me jettent à terre tellement leurs dessins respirent l'audace, la légèreté et l'authenticité. Bref, j'ai décidé de refaire mon truc. Voici donc des pages qui ne sont pas définitives.

After drawing eight pages of my new book, I just finished reading MetaMaus. I received a slap on the face, just like the one I had from Taiyo Matsumoto's Takemitsu zamurai. Well, in MetaMaus, Art Spiegelman has developped quite a philosophy about comics, especially «graphic novels.» I read that and I thought : «My drawing style doesn't serve the purpose of my story.» Since the last two years, I was inspired by guys like Nicolas de Crécy, Bastien Vivès, Vincent Perriot and Gipi. These guys just kick ass like the frigging hell and throw me down from my chair. So, I decided to redraw everything. Here's the old versions of my pages.









Monday, 6 October 2014

Derniers tests / Final tests

J'ai fait des derniers tests pour être sûr et je réalise que je ne ressens plus le besoin d'en faire. J'ai trouvé le format et la technique qui me conviennent. En gros, ça va ressembler à du feutre, lavis, crayon bleu et crayon plomb sur papier aquarelle 11 par 15 po. Il ne me reste qu'à enchaîner les planches une après l'autre jusqu'à la fin du livre, donc, dans environ 10 mois. Je vais publier l'évolution de la production sur ce blogue, le «making of», comme on dit dans le jargon.

I'm done with tests. I'm realising I don't need to do tests anymore. I found the technic I'm gonna use to draw that book, which might be done in 10 months. I'm gonna publish the making of that book on this blog until then.



Sunday, 5 October 2014

Régler des problèmes techniques / Fixing technical problems

Chaque fois que je commence un nouvel album, j'ai toujours des petits problèmes techniques à régler. Aussi des questions de style et d'énergie. Est-ce que mon dessin est assez vivant, spontané et expressif, mais en même temps maîtrisé et abouti? Est-ce qu'il est assez «vendable» auprès des éditeurs et du public? Ça me rappelle quand j'ai commencé Radisson. J'avais fait trois fois les 12 premières pages du tome 1, car je trouvais mon dessin trop immature et gentil, convenu. Yark! La démarche artistique est toujours quelque chose de primordial dans ma pratique de la bande dessinée.

Each time I begin a new comic book, I always have technical problems that I have to fix. Also questions about style and energy. Is my style enough energic, spontaneous and expressive, but at the same time well done? Is it enough sellable for the publishers and the public? It reminds me when I started Radisson. I made three times the first 12 pages of the first book, because I thought my drawing style was too immature, naïve and childish. Yark! Thinking about my drawing style is always something really important for me. 

Friday, 3 October 2014

Le grand retour / Coming back

Oui, j'annonce mon grand retour à la bande dessinée. Le traitement choc a eu les effets escomptés et je recommence à produire le livre que j'avais mis de côté l'an passé, en respectant certaines règles d'ergonomie et de prévention des blessures. Je n'ai pas encore trouvé le titre de ce prochain livre, mais il fera environ 200 pages. Voici les quatre premières pages.

Yes, I'm coming back from the dead, drawing again my next 200 pages graphic novel. I don't have a title right now, but here's the first pages.